#SoutiensUnArtiste!

https://www.rouillac.com/ vente online du 30/04 au 6/05
Une vente aux enchères exceptionnelle organisée au profit des artistes vivants par la maison de vente aux enchères ROUILLAC, avec le concours du magazine ARTENSION, du salon PULS’ART-FIAA du centre d’art CCC OD et d’autres partenaires invités à se joindre à cette initiative. #SoutiensUnArtiste

95657662_3392494647432188_3896985052143157248_n

je fais don de ce dessin à la vente aux enchères #SoutiensUnArtiste! organisée par la Maison ROUILLAC. L’argent récolté permettra d’alimenter un fonds géré bénévolement par la Fondation Taylor afin d’aider des artistes en situation précaire en raison du confinement et de l’annulation d’expositions qui en découle.

95462845_3197171556970374_7586057652384301056_n

charbon de bois sur papier 200 gr, 50×65

et cette toile est en vente à mon profit

« La bonne étoile »

la bonne étoile, techmixte toile 81x65 Anne Jebeily 300DPI

Amabié

Sur une proposition de Sophie Lepetit,

quelques Amabié à ma façon sont sorties du papier

                                                  https://lesgrigrisdesophie.blogspot.com/

20200412_200102-1

 

Amabié (アマビエ) est un Yokai anthropomorphe avec 3 jambes, qui sort de la mer et prophétise soit une abondante soit une épidémie.

« Une Amabié est apparue dans la province de Higoigo selon la légende, vers le milieu du quatrième mois, en l’an köka 3 (mi-mai 1846) à l’époque d’Edo.Un objet brillant avait été repéré dans la mer, pendant plusieurs nuits. Le responsable de la ville s’est rendu sur la côte pour enquêter et a vu l’amabié. Selon le croquis réalisé par ce fonctionnaire, elle avait des cheveux longs, une bouche comme le bec d’un oiseau, était couverte d’écailles jusqu’au cou et avait trois pattes. S’adressant au fonctionnaire, elle s’est identifiée comme une amabié et lui a dit qu’elle vivait en pleine mer. Elle a ensuite livré une prophétie: « Il y aura une bonne récolte pendant six ans à partir de l’année en cours; si une maladie se propage, montrez une image de moi à ceux qui tombent malades et ils seront guéris. » Ensuite, elle est retournée à la mer. L’histoire a été imprimée dans un kawaraban (un bulletin imprimé), avec son portrait, et c’est ainsi que l’histoire s’est diffusée au Japon ». source Wikipédia